16/12/2005

Du côté d'Arunâchala

Toujours en 97. Le temple d'Arunâtchala vu du haut de la colline sacrée. C'est là que vécut Ramana Maharshi. J'étais monté à 5h du matin, histoire d'échapper à la fournaise tropicale. Arrivé au sommet, j'eu d'abord une mauvaise surprise. Deux sâdhus (ascètes) : l'un, visiblement fêlé, vivant dans une hutte faite de sacs plastiques (je vous dit pas la poésie du dispositif !); l'autre, occidental, chantant "ommmm" dans une cavité voisine, avant de retourner dans sa Hollande natale avec sont gros chignon. Puis, une bonne surprise : au sommet, d'environ 20  mètres de large et couvert de suie noire, je me suis retrouvé entouré d'un océan de nuages blancs sous un ciel immaculé. Ahhhhh... Sauf qu'au niveau sonore, c'était pas à la hauteur : la route qui ceinture la sainte colline/montagne est une voie de circulation principale pour les gros camions. Même au sommet, on se serait cru en plein embouteillage. Bizarre contraste entre la vision et l'ouïe. En plus, ces camions tuent de pauvres pélerins circombulants (ça se dit ?) ce linga naturel qu'est la montagne. Les routiers sont sympas...

16:21 Écrit par David Dubois dans Anecdotique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : arunachala, ramana |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.