14/01/2006

Call off the Search !

Sur ce cliché, qui date également de mars 2004, on peut voir un groupe d'anciens disciples de Papaji (alias Poonja ji) en train de se recueillir. Vous noterez les ventilateurs, indispensables pour éloigner les moustiques !

Papaji, disciple du sage indien Ramana, basait son enseignement sur une oeuvre extraordinaire et insolite de la littérature de l'Inde : le Yoga Vâsishtha. En 32 000 (!) vers, l'auteur, anonyme, y enseigne l'irréalité de toutes choses, et ce à travers des histoires toutes plus incroyables les unes que les autres. Trés influencé par le Bouddhisme (notament le Vimalakîrti ou l'Avatamsaka), il met en abîme des histoires à l'intérieur des histoires (un peu comme dans Matrix), afin de faire littéralement exploser l'esprit du lecteur.

J'ai passé plusieurs mois à Lucknow, dans la vallée du Gange, où vivait Papaji. Cet homme était passionné par sa mission d'enseignant et trés doué pour cela. Mais il était également mégalomane, xénophobe et misogyne. Comme quoi, on peu être merveilleux dans un domaine et assez peu développé dans les autres, comme dit Ken Wilber.

12:17 Écrit par David Dubois dans Anecdotique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : papaji, poonja, lucknow, satsang |  Facebook |

Commentaires

L'individu-duel Il y a qques mois, une affaire a éclaté au sujet Ramesh Balsekar, problèmes d'abus sexuels et argent, comme d'hab. Mais à présent avec la nuée d'occidentaux qui tournent autour de ces maîtres cela prend tout de suite des proportions incroyables. Et ce qui est intéressant c'est cette difficulté que nous rencontrons à distinguer le plan spirituel du plan purement humain chez un individu et maître. Il semble y avoir un idéal utopique du maître humain parfait sous tous rapports. Ce qui n'existe pas selon ces critères là.
Ce qui ne facilite pas les choses c'est que certaines voies, le mahayana par exemple, décrivent tous les critères (de perfection) que doivent posséder les maîtres pour être dignes d'être suivis. Pour les pratiquants tibétains qui sont souvent à cheval entre mahayana et vajrayana, ça se complique car les barrières sautent de par leur mentalité culturelle et aussi à cause du système tantrique qui pemet tout un tas d'entorses au "réglement" du mahayana. Ce que l'on considère ici comme des dérives : sexe, argent, crimes était somme toute pour eux assez naturel. Leur problème, en fait, c'est nous.

Écrit par : mind | 15/01/2006

Yoga-Vâsishtha = Kula/krama/trika je ne pense pas que cette description soit exacte :

" le Yoga Vâsishtha. En 32 000 (!) vers, l'auteur, anonyme, y enseigne l'irréalité de toutes choses, et ce à travers des histoires toutes plus incroyables les unes que les autres. Trés influencé par le Bouddhisme (notament le Vimalakîrti ou l'Avatamsaka), il met en abîme des histoires à l'intérieur des histoires (un peu comme dans Matrix), afin de faire littéralement exploser l'esprit du lecteur."

1°) le Yoga Vâsishtha n'enseigne pas l'irréalité du monde (comme le vedânta avec sa Maya), sa position est semblable au sivaïsme non dualiste, à savoir que le monde est réel mais d'essence divine (Une seule essence consciente infinie)

2°) le Yoga Vâsishtha influencé par le bouddhisme ? il enseigne l'opposé ..; (d'un point de vu doctrinal, sans parler du but des recueillements yogiques)

Écrit par : cousin | 24/01/2006

Ramesh Balsekar ou un enseignement véritable Il y'a 17 ans, sans connaissances de gourous ou autres, les voiles de l'esprit ceux sont déchirés pour laisser le moment présent authentique et non saisissable. Je dois avouer que ce fut un choc terrifiant (peur démesuré).
Plutard un livre de Nisargadatta maharaj fit irruption dans mon existence et put traduire cette expérience qui ce prolongée depuis plusieurs années.
Dernièrement c'est un livre de Ramesh Balsekar qui m'a encore maintenue plus fermement dans cet absence d'éxpérience. La culpabilité n'a pas de place !
Il est impossible de comprendre l'enseignement de Ramesh.
Pourquoi ?
Car c'est un verre remplie d'eau qui essaye d'être remplie d'eau. Et que ces verres sont immergés dans la mer !
L'expérience directe est la seule possibilité d'y parvenir. Mais elle ne ce commande pas car ce n'est pas un évênement et encore moins un objet que l'on pourrait obtenir.
Persuadé d'être une personne qui écoute une autre personne donner un message expliquant qu'il n'existe aucun "autre" , alors voyez l'absurdité !
Si il y'a une démarche que devrait avoir le mental et son contenu d'idées, c'est d'adopter l'indifférence totale quant à celui-ci.
Quelle est donc la vérité ?
Des milliers d'idées peuvent la caractériser et chacunes de c'est milliers d'idées ouvrent à autant d'autres, ceci est sans fin !
Donc pour éviter tout égarement et sans obligatoirement "parvenir à un état d'éveil" il vaut mieux pour rester tranquille de ne plus suivre toutes c'est routes intérieures.

Voilà toutes c'est idées pour dire que l'enseignement de Ramesh, (au-delà des idées que l'on pourrait avoir sur son comportement), est en essence poignant et Divin et peu importe du support à partir duquel il se transmet, ne passons pas à côté !
Ce serait un peu comme de rejeter une peinture magnifique sous pretexte que le cadre n'est pas à notre goût. Et en plus on ne vous à pas dit d'embarquer la peinture chez vous pour vous l'approprier, mais seulement de jouir du contenu et cela sans arrières pensées.

Écrit par : Amarnath | 16/02/2007

Les commentaires sont fermés.