14/04/2006

Reconnaître les pensées, ou bien développer les visions de l'Eveil ?

Avant de partir pour une petite semaine, je voudrais revenir sur la question des origines du Dzogchen Nyingthig et de ses pratiques visionnaires.

 

Un scénario possible :

Au Xème siècle, au Tibet, le Dzogchen est un enseignement "subitiste" reposant sur une déconstruction systématique du Tantrisme bouddhique. Au départ, "grande complétude" (dzogchen) désignait le résultat des pratiques tantriques de visualisation et de yoga sexuel. Puis, ce terme en vint à désigner un style de pratique des rituels, vus désormais comme des manifestations de l'Eveil éternel et non des techniques produisants cet Eveil. Enfin, dans le Tantra du Roi Créateur de Toutes Choses (Kunjé Gyalpo Do), le Dzogchen est l'intuition que tout est parfait depuis toujours. Cultiver cette intuition devient une voie à part entière.

Voilà ce qu'on peut déduire des textes anciens du Dzogchen, dont ceux retrouvés dans les célèbres grottes de Toun Houang.

Telle est la situation vers la fin du XIème siècle donc, au moment où arrive au Tibet le Kâlachakra Tantra. Lui propose une pratique trés technique : il professe que l'Eveil est présent en nous, mais qu'il est caché par les apparences ordinaires. Ce samsâra est une illusion, vide de toute réalité. Les corps de Bouddha, les qualités de l'Eveils, sont quant à elles vides de tout défaut. Autrement dit, elles sont "vides d'autre chose qu'elle-mêmes". Bref, le nirvâna - conçu comme royaume de la gnose (jnâna) et des apparences pures et immatérielles (sambhogakâya) - est la seule réalité, et notre expérience ordinaire est une pure illusion. Telle est la doctrine du "vide d'altérité" (shentong) proposée par de smaîtres indiens du Kâlachakra comme Sanjana (cachemirien contemporain d'Abhinavagupta) ou tibétains, comme Yumowa. Selon ce dernier, la vacuité vraie, ce n'est pas le "vide d'existence propre" de Nâgârjuna, mais les "formes de la vacuité" (shûnyabimba) "visibles par les yeux" (sâkshât) grâce au yoga du Kâlachakra (voir The Buddha from Dolpo, C. Stearn, p.45). 

En d'autres termes, l'esprit, le mental, n'est pas la nature de l'esprit, et il ne suffit pas de "reconnaître" la nature des pensées pour s'éveiller. Dolpopa, contemporain de Longchenpa, ne dira pas autre chose. Selon lui, l'esprit (sem) est aussi opposé à l'Eveil (yeshe) que les ténèbres à la lumière. Reconnaître la nature des pensées est vain. "Certains disent que si la nature de l'esprit ordinaire est reconnue, c'est la bouddhéité, mais que si elle n'est pas reconnue c'est le samsâra (...) Mais c'est comme de dire que si le feu est reconnu, il est rafraichissant, alors que s'il n'est pas reconnu, il brûle !" (ib. p. 104).

Bref, pour atteindre l'Eveil éternel, il faut stopper l'esprit, et pour cela, il faut appliquer les techniques du yoga de l'obscurité et des visions, révélées dans le Kâlachakra.

Dolpopa et Yumowa critiquent ici le Dzogchen ancien et la Mahâmudrâ des Kagyupas, ainsi que tous ceux qui croient qu'il suffit d'observer les pensées sans les manipuler pour que l'Eveil se fasse jour, "tout comme un verre d'eau emplit de boue devient limpide si on cesse de l'agiter". C'est la rhétorique de "l'état naturel" qu'ils dénoncent donc.

On peut ainsi imaginer qu'au XIème, des adeptes du Dzogchen de l'époque, "anti-techniques", ont été touchés par les critiques venants du Kâlachakra. Ils ont donc voulu combinner ce Dzogchen ancien avec le yoga visionnaire du Kâlachakra.

Cela a donné le Dzogchen Nyingthig, avec ses pratiques visionnaires (thögal).

 

Cependant, la tension entre les deux approches - "spontanéiste" et "techniciste" - n'a jamais complètement disparue. A l'intérieur du Nyingthig lui-même, on trouve en effet deux grande pratiques, le trekchod, approche "spontanéiste" (il n'y a rien à faire, tout effort est un obstacle, vive l'inaction etc.), et le thögal, yoga visionnaire qui critique le trekchöd qui ne consisterait, au fond, qu'à se payer de mots. Cette "non-pratique" du laisser-être qu'est le trekchöd, héritière du Dzogchen "ancien", et qui se veut pourtant anti-intellectuelle, se voit ainsi à son tour taxée de simple "construction intellectuelle", alors que, dans thögal on "voit" vraiment le nirvâna, disent les textes du Nyingthig qui vantent cette pratique. Ce qui revient à dire que la Mahâmudrâ des Kgyupas est une "construction intellectuelle", un artifice superficiel, une illusion en somme !

 

Voilà comment est né le Dzogchen : d'une tension, d'une hésitation que l'on retrouve dans toutes les traditions non-dualistes.

 

D'un côté, l'évidence de la vanité absolue de toutes les techniques, les pratiques, les yogas et les rituels, et l'affirmation radicale que la seule pratique est la simple détente des pensées, instant aprés instant.

 

De l'autre, la tentation récurrente de recourir à des techniques "puissantes" pour "accélérer la purification karmique", comme le yoga de l'obscurité, des lampes et du ciel prônés par thögal et le Kâlachakra.

 

Ce dilemme, ce doute, ce soupçon, reviennent sans cesse chez tous les Dzogchenpas d'aujourd'hui. Les lamas enseignent la "suprême non-méthode de la contemplation non-duelle sans effort", tout en sachant trés bien que, dans leur tradition, ce n'est pas la pratique ultime ! Le must, en effet, c'est le yoga visionnaire de thögal. Mais c'est compliqué et dangereux (rester plusieurs semaines dans l'obscurité complète au milieux des visions !). Je me souvient de la confession désabusée d'un Français adepte du Dzogchen et célèbre spécialiste de ces choses : "Le trekchöd (= la simple pratique de la reconnaissance des pensées), c'est efficace, mais on "libère" les pensées l'une aprés l'autre. Du coup, ça peut prendre un temps fou pour arriver à un changement sensible". Peut-être. Mais moi je dis : les visions d'arc-en-ciel et de Bouddha et de formes fractales etc., c'est bien, mais ce n'est pas l'Eveil, ce n'est as le Soi, ce n'est pas la Vision. Evidemment, cela n'exclu pas l'apparition des visions de l'Eveil. C'est simplement une question de priorités. Qu'est-ce qui prime par-dessus tout ?

D'abord, la Vision. Le reste, les visions ou autre chose, viendra par surcroit.

 

Commentaires

Reconnaître les pensées, ou bien développer les visions de l'Eveil ? Je m’intéresse en ce moment au dzogchen et j’ai lu 2 ou 3 sites très actifs dont le votre. Et il apparaît très nettement que ce qui attire un des auteurs ce n’est pas tellement le bien, ni le véritable éveil, mais les pouvoirs surnaturels.
Le dzogchen semble laisser apercevoir une réalisation de leurs ambitions dans ce domaine.
En comparant votre site et l’autre vos avez anargala l’air d’un gardien bienveillant, ce qui me fait poser la question suivante : Le dzogchen n’est t’il pas en fait, le dernier rempart du mal ?

Écrit par : kéfé | 19/04/2006

apostrophe et word Je m_ intéresse en ce moment au dzogchen et j_ai lu 2 ou 3 sites très actifs dont le votre. Et il apparaît très nettement que ce qui attire un des auteurs ce n_est pas tellement le bien, ni le véritable éveil, mais les pouvoirs surnaturels.
Le dzogchen semble laisser apercevoir une réalisation de leurs ambitions dans ce domaine.
En comparant votre site et un autre vous avez anargala l_air d_un gardien bienveillant, ce qui me fait poser la question suivante : Le dzogchen n_est t_il pas en fait, le dernier rempart du mal ?


Écrit par : kéfé | 19/04/2006

???? Le Mal ?????? Je me permets de réagir même si notre sage anargala est en vacance,
C'est quoi le mal ?
Si c'est vouloir des raccourcis, les miracles, les pouvoirs, les titres et s'engager à défendre coûte que coûte un système au dépends des autres, alors oui je suis d'accord le dzogchen est le mal, mais est-ce le dzogchen qui est cela, ou bien les gens qui se l'approprie ?
Ou alors les dzogchens utilisent ces déviations pour s'alimenter et grandir, donc survivre, n'attirant qu'une certaine catégorie d'individu capable de le nourrir...

Mais le mal n'attire que le mal et le prix à payer est (sera) lourd, très lourd.

Ce que propose Anargala est pourtant au final si simple, car en dehors de la base conscience, il n'y a qu'impermanence et cela passe, tout passe... Si ce n'est le but final cela apporte déjà quelques satisfactions...

Écrit par : jesus | 20/04/2006

le bien et le mal
SACHE QUE LE BIEN ET LE MAL NE SONT QUE
LA DRAMATISATION DE SON UNICITÉ,
C'EST DANS LA FUSION DES PARADOXES QUE DEMEURE SON UNITÉ.


SACHE QUE LE PARADIS ET L'ENFER
SONT LES DEUX FACES D'UNE MÊME VÉRITÉ;
ABREUVE-TOI DE SA CONNAISSANCE
ET ILS DISPARAÎTRONT DANS TON IVRESSE.

Mourad

Écrit par : Mourad | 08/06/2008

Aie aie aie les coms.

Écrit par : sylvain | 07/08/2011

Les commentaires sont fermés.