31/08/2006

Ermitages bis

Il y a deux ans, j'avais visité le lac de Padmasambhava (Tso Péma), situé non loin de Dharamsala. Au dessus du lac vit une communauté de pratiquants dzogchen, autour de l'ermite Wangdor Rimpoché, qui fut disciple du remarquable Khounou Lama.

Le lieu n'a guère changé. Les tibétains, toujours aussi accueillants, nous invitèrent à l'anniversaire d'un grand lama. On peut apercevoir Wangdor, en jaune :

 

Les retraitants, hommes et femmes de tous âges, sont de plus en plus nombreux à s'installer autour des grottes de Padmasambhava. Chaque cellule est numérotée, mais l'ensemble prolifère dans tous les sens. Ce n'est pas que je m'en plaigne : je trouve au contraire extraordinaire de pouvoir me ballader librement parmis ces retraitants dzogchens. Il suffit de déambuler au hasard, et au bout de quelque minutes, on est inmanquablement interpellé par un moine ou une jeune fille. On peut alors poser toutes les questions que l'on veut, le seul obstacle étant la langue. La plupart des retraitants suivent le programme du Longchen Nyinthig, une synthèse dzogchen du XVIIIème siècle, trés populaire actuellement. Ils en sont aux préliminaires ou bien aux récitations de mantra, mais quelques uns, présents depuis plusieurs dizaines d'années, se vouent aux pratiques visionnaires du thögäl. Voici quelques exemples de cellules :

 

 

 

 

Une vue d'ensemble des grottes. Chaque rocher est censé symboliser l'une des divinité du "mandala des paisibles et courroucés" décrits dans le Livre des Morts Tibétains:

 

 

Enfin, un portrait d'artisan :

 

 

Au final, ce lieu est idéal pour qui souhaite recevoir des enseignements dzogchen. Plus accessible que le Tibet ou le Spiti, et moins touristique que Dharamsala, vous y trouverrez des lamas kagyus, des disciples de Dudjom Rimpoché, et le grand ermite Wangdor Rimpoché, qui sera certainement ravi de vous acueillir et de vous offrir quelques instructions de méditation dzogchen.

11:54 Écrit par David Dubois dans Dzogchen | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dzogchen, tso pema, wangdor, ermitte, padmasambhava |  Facebook |

26/08/2006

Ermitages

Au-dessus de Dharamsala, on peut partir à la rencontre des ermites tibétains. Même si la lumière luit au bout du chemin, la prolifération végétale rend le cheminnement fort compliqué, à l'image des voies spirituelles proposées par le bouddhisme tantrique : il faut souvent reculer pour mieux avancer...
 

Au Spiti, région culture tibétaine située nettement plus au nord, la plupart des monastères sont Guélougs, l'école du Dalaï-Lama. D'ailleurs, c'est à la suite de l'initiation au Kâlacakra que celui-ci y conférra en 2003, que le Spiti a commencé de se développer.

Une petite vallée latérale, la Pin, abrite un monastère Nyingma et ce petit ermitage où pratiquent des disciples de Dudjom Rimpoché, l'un des plus remarquables maîtres dzogchen du siècle dernier.

 

 

La vallée de la Pin :

 

 

La même vallée, avec le village de Mud à gauche :

 

Nos hôtes ont loué des moines pour exorciser leur demeure. Boum-boum cling-cling toute la journée :

 

Les nombreux ermites qui ont pratiqué leur méditations dans la région renaissent parfois sous une forme inattendue :

 

 

Malheureusement, la seule route sortant de la vallée s'est effondrée en plusieurs endroits. Sous ce tas de pierres, il y avait une route...

 

Pour revenir dans la vallée de Kullu, la jeep est plus sûre que le bus, mais il faut parfois sortir de la piste pour contourner un véhicule bloqué :

 

Enfin, à l'instant où vous êtes sur le point de défunter de peur au moment de passer la centième rivière en crue, vous avez la joie d'apercevoir une touriste vous prenant en photo, au cas où il y aurait un accident à prendre... Quel plaisir de retrouver ses sympathiques compatriotes !

 

13:34 Écrit par David Dubois dans Dzogchen | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : dharamsala, tso pema, ermitte, spiti, kaza |  Facebook |