31/08/2006

Ermitages bis

Il y a deux ans, j'avais visité le lac de Padmasambhava (Tso Péma), situé non loin de Dharamsala. Au dessus du lac vit une communauté de pratiquants dzogchen, autour de l'ermite Wangdor Rimpoché, qui fut disciple du remarquable Khounou Lama.

Le lieu n'a guère changé. Les tibétains, toujours aussi accueillants, nous invitèrent à l'anniversaire d'un grand lama. On peut apercevoir Wangdor, en jaune :

 

Les retraitants, hommes et femmes de tous âges, sont de plus en plus nombreux à s'installer autour des grottes de Padmasambhava. Chaque cellule est numérotée, mais l'ensemble prolifère dans tous les sens. Ce n'est pas que je m'en plaigne : je trouve au contraire extraordinaire de pouvoir me ballader librement parmis ces retraitants dzogchens. Il suffit de déambuler au hasard, et au bout de quelque minutes, on est inmanquablement interpellé par un moine ou une jeune fille. On peut alors poser toutes les questions que l'on veut, le seul obstacle étant la langue. La plupart des retraitants suivent le programme du Longchen Nyinthig, une synthèse dzogchen du XVIIIème siècle, trés populaire actuellement. Ils en sont aux préliminaires ou bien aux récitations de mantra, mais quelques uns, présents depuis plusieurs dizaines d'années, se vouent aux pratiques visionnaires du thögäl. Voici quelques exemples de cellules :

 

 

 

 

Une vue d'ensemble des grottes. Chaque rocher est censé symboliser l'une des divinité du "mandala des paisibles et courroucés" décrits dans le Livre des Morts Tibétains:

 

 

Enfin, un portrait d'artisan :

 

 

Au final, ce lieu est idéal pour qui souhaite recevoir des enseignements dzogchen. Plus accessible que le Tibet ou le Spiti, et moins touristique que Dharamsala, vous y trouverrez des lamas kagyus, des disciples de Dudjom Rimpoché, et le grand ermite Wangdor Rimpoché, qui sera certainement ravi de vous acueillir et de vous offrir quelques instructions de méditation dzogchen.

11:54 Écrit par David Dubois dans Dzogchen | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dzogchen, tso pema, wangdor, ermitte, padmasambhava |  Facebook |

26/08/2006

Ermitages

Au-dessus de Dharamsala, on peut partir à la rencontre des ermites tibétains. Même si la lumière luit au bout du chemin, la prolifération végétale rend le cheminnement fort compliqué, à l'image des voies spirituelles proposées par le bouddhisme tantrique : il faut souvent reculer pour mieux avancer...
 

Au Spiti, région culture tibétaine située nettement plus au nord, la plupart des monastères sont Guélougs, l'école du Dalaï-Lama. D'ailleurs, c'est à la suite de l'initiation au Kâlacakra que celui-ci y conférra en 2003, que le Spiti a commencé de se développer.

Une petite vallée latérale, la Pin, abrite un monastère Nyingma et ce petit ermitage où pratiquent des disciples de Dudjom Rimpoché, l'un des plus remarquables maîtres dzogchen du siècle dernier.

 

 

La vallée de la Pin :

 

 

La même vallée, avec le village de Mud à gauche :

 

Nos hôtes ont loué des moines pour exorciser leur demeure. Boum-boum cling-cling toute la journée :

 

Les nombreux ermites qui ont pratiqué leur méditations dans la région renaissent parfois sous une forme inattendue :

 

 

Malheureusement, la seule route sortant de la vallée s'est effondrée en plusieurs endroits. Sous ce tas de pierres, il y avait une route...

 

Pour revenir dans la vallée de Kullu, la jeep est plus sûre que le bus, mais il faut parfois sortir de la piste pour contourner un véhicule bloqué :

 

Enfin, à l'instant où vous êtes sur le point de défunter de peur au moment de passer la centième rivière en crue, vous avez la joie d'apercevoir une touriste vous prenant en photo, au cas où il y aurait un accident à prendre... Quel plaisir de retrouver ses sympathiques compatriotes !

 

13:34 Écrit par David Dubois dans Dzogchen | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : dharamsala, tso pema, ermitte, spiti, kaza |  Facebook |

11/01/2006

Un lama aux cheveux longs

Toujours à Tso Péma, un ngagpa. Ces partiquants du Bouddhisme tantrique se spécialisent dans les rituels "violents", c'est-à-dire destinés à "libérer" (comprenez "anéantir") les esprits qui s'en prennent aux adeptes du Bouddhisme et aux gens en général. Celui-ci est né au Tibet. Il avait un jeune apprenti, à qui il transmettait son savoir. Les ngagpas ne sont pas des moines, mais il s'engagent à suivrent certaines règles (liées notament à  leur habillement, hautement symbolique).

17:31 Écrit par David Dubois dans Tantrisme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ngakpa, tso pema |  Facebook |

08/01/2006

Nature et culture

Vue des abords immédiats des grottes. Les mantras gravés sur les rochers et imprimés sur les drapeaux sément une graine d'Eveil en tous ceux qui voient ces formes ou sont effleurés par le vent qui a passé à travers les drapeaux.

20:18 Écrit par David Dubois dans Tantrisme | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : tso pema |  Facebook |

Le tsok

Vue de l'intérieur de la grotte qui sert de temple aux yogis des grottes de Padmasambhava. En l'occurence, on voit les nonnes en train de pratiquer une sâdhanâ (une liturgie tantrique pour obtenir l'état de Bouddha). Ces nonnes étaient trés courtoises. Elles nous on offert le thé au beurre et du riz à la viande de mouton délicieux.

20:15 Écrit par David Dubois dans Tantrisme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tso pema |  Facebook |

L'Empreinte des pieds du maître

A côté des grottes, dans une petite cavité surchauffée par les dizaines de lampes à beurre qu'y s'y consument en permanence, on peut voir au plafond une empreinte de pied de Padmasambhava. Les empreintes de pieds sont trés importantes dans la civilisation indienne. Les Bouddhistes anciens vénéraient les empreintes des pieds du Bouddha, et le culte des sandales du maître (gurupâdukâ) est le culte central du tantrisme non-dualiste.

20:11 Écrit par David Dubois dans Tantrisme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tso pema, padmasambhava |  Facebook |

07/01/2006

La seconde grotte de Mândâravâ

Adjacente à la grotte principale, il y a la grotte de Mândâravâ. Au fond, à droite, on peut voir une petite statue de cette dâkinî, particulièrement importante pour les pratiques de longue vie indispensables pour atteindre le Corps de Lumière (appelé aussi Corps d'Arc-en-Ciel). Au fond à gauche, au-dessus de la décoration typique des salles de bains indiennes (et des temples), on peut apercevoir un petit "A" blanc, dans sa sphère quinticolore.

19:42 Écrit par David Dubois dans Tantrisme | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mandarava, tso pema |  Facebook |

Le Précieux Maître

Dans la grotte principale, en forme de pyramide, il y a une statue de Padmasambhava. Au-dessus, il y a une petite ouverture vers le sommet des rochers, ouverture qui laisse passer quelques rais de lumière.

19:37 Écrit par David Dubois dans Tantrisme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tso pema, padmasambhava |  Facebook |

Le royaume de Mandî

Vue du lac de Padmasambhava depuis les grottes. A l'arrière-plan, on devine la ville de Mandî, dont était originaire la princesse Mândâravâ. Cette cité était le centre d'un important royaume à l'époque où Padmasambhava le visita. Aprés les persécutions, le roi finît par avoir foi en le Maître et sa compagne. Le roi remit alors à Padmasambhava la fameuse "coiffe de Zahor". Zahor est un autre nom de Mandî.

19:35 Écrit par David Dubois dans Tantrisme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tso pema, padmasambhava |  Facebook |

Les Trois Corps

Vue de la chaine himâlayenne depuis les grottes au-dessus de Tso Péma. Selon les enseignements du Nyingthig - l'Essence Secrète de la Grande Complétude de Claire Lumière -, le ciel correspond au Nirvâna. Les montagnes et les arbres correspondent au Samsâra. Il y a aussi des correspondances avec les Trois Corps, etc.
Ahhh...

19:30 Écrit par David Dubois dans Dzogchen | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tso pema |  Facebook |

06/01/2006

La grotte des yogis

Au-dessus du lac, il y a un mandala de grottes et de rocher symbolisant l'assemblée des Paisibles et des Courroucés (voir le Livre des Morts Tibétains), ou bien les 735 divinités des "mandalas des Huit Mandats" (voir l'encyclopédie de P. Cornu).
Le lieu est aujourd'hui habité par des yogins et des yoginîs pratiquant le Dzogchen, la Grande Complétude, sous la direction de Wangdor Rimpoché, disciple de Khunu Lama Tenzin Gyaltsen, un des plus remarquables adeptes du Dzogchen du XXème siècle (voir A Garland of Rare Gems de Nyoshul Khenpo), et l'un des précepteurs du Dalaï Lama. Lama Wangdor a passé une trentaine d'années à méditer en ce lieu. Ses disciples pratiquent dans les grottes ou dans les cabanons construits entre les rochers.

17:41 Écrit par David Dubois dans Dzogchen | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tso pema, padmasambhava |  Facebook |

Grasses grâces

Deux singes se repaissent des restes des rituels d'offrandes effectués par les moines du monastère nyingmapa dans lequel je logeais. Ces offrandes sont des petites sculptures façonnées dans des mélanges de farine et de beurre, souvent à l'image de démons personnifiants les habitudes profondes qui empêchent l'adpete de vivre les choses telles qu'elles sont.

17:35 Écrit par David Dubois dans Tantrisme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tso pema |  Facebook |

Mândaravâ

Continuons ce début d'année avec quelques autres clichés, datants toujours du printemps 2004. Dans une ruelle adjacente au lac de Padmasambhava,  encastrée entre des canivaux puants et des constructions bidonvillesques, gardé par une vieille nonne à moitié târée, il y a une petite grotte de Mândaravâ.
Elle était princesse de Mandî, la ville d'en-dessous. Un jour, Padmasambhava arriva, et l'enmena avec lui pour des pratiques de yoga sexuel bouddhistes, essentielles pour atteindre l'Eveil d'un Bouddha dès cette vie. Mais le père de Mâdaravâ les rattrapa. Furieux de voir ainsi son honneur royal bafoué, il les fît ligoter sur un bûcher. Celui-ci brûla durant sept jours. Mais lorsque la fumée disparût, il y avait un lac à la place du bûcher. Au centre trônaient, dans leur corps de lumière immortelle, Padma et Mândaravâ.
On peut y voir une allégorie de la manière dont l'adepte du tantrisme bouddhique transmute les persécutions dont il peut être la victime en un accomplissement spirituel. Le poison devient remède : c'est le principe même du tantrisme.

17:32 Écrit par David Dubois dans Tantrisme | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : padmasambhava, tso pema |  Facebook |

02/01/2006

Compassion pour poisson vire au poison

On dit, dans le Bouddhisme du Grand Véhicule (mahayâna), que la vacuité sans compassion est stérile, et que la compassion sans compréhension de la vacuité des êtres et des choses mène au fanatisme ou à encore plus de souffrance.
 
Pour illustrer ce principe, allons faire un petit tour du côté du lac de Padmasambhava (Tso Péma), près de Dharamsala...
 
Ce cliché date de mars 2004. Il a été pris depuis une chambre du guest house du monastère Nyingma. Toute la nuit, j'avais entendu des drôles de bruits, genre "ploc!" "plouf!" etc. Je m'était dit, sans trop y croire, que ce devait être la manifestation de quelqu'être invisible perturbé par les incessantes activités magiques du monastère (spécialisé, en effet, dans les rituels anti-êtres-invisibles-et-pas-trés-aimables).
Mais, au petit matin, la réalité d'avéra moin pittoresque : des centaines de gros poissons (genre carpes) flottaient à la surface, morts ou agonisants. Sinistre. Dans les restaurants tibétains des environs, je m'enquis des causes de ce drame.
De fil en aiguille, j'appri que, lors du nouvel an tibétain (Losar), le Dalaï Lama était venu avec le Karmapa et plus de 50 000 personnes. Par compassion, tout le monde avait souhaité nourrire les poissons ! Résultat : les poissons mouraient par millier, asphixiés par les offrandes. On avait eu beau injecter de l'oxigène, rien n'y fit... Durant cette fête, les grands lamas avaient également inauguré une grande statute de Padmasambhava au bord du lac. Mais cette construction en béton, située qu'elle était au bord de ce charnier peu ragoûtant, offrait un spectacle assez misérable de la folie des hommes. Mais bon, les singes ont pu se régaler de poissons durant un mois, alors...
A l'arrière-plan, on voit des temples de Shiva. 

14:35 Écrit par David Dubois dans Tantrisme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tso pema |  Facebook |